Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 19:37

Vendredi 12 novembre 2010

Journée en rendez-vous. Demain, je décolle pour Brest. Je vais tenir mon rôle de jury et remettre le prix au gagnant France Télévision. Je sais qui a gagné mais, évidemment, je n’en dirai rien ici. Cela va de soi.

Après ces deux jours d’absence, le blog devra encore patienter deux jours puisque c’est au festival du film d’Histoire de Pessac que je serai lundi et mardi. J’y accompagnerai Hors la Loi.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 18:29

Mercredi 10 novembre 2010

Je profite du temps qui m’est offert en ce moment pour développer mes projets. Pour retour aux sources, c’est des rendez-vous, des recherches techniques, la constitution d’une équipe pour un tournage au printemps. Mais je développe aussi un second projet fiction qui commence à m’exciter gravement.

En même temps, je m’occupe de moi, comme si j’amenais ma vieille carcasse chez le garagiste pour la révision de 500.000. Je peux même vous annoncer que j’aurais arrêté de fumer avant la fin de l’année !

Ce temps va-t-il s’étirer encore longtemps ? D’un point de vue bancaire, je n’aimerais pas trop. Pourtant, dans ces périodes de creux, passées les premières angoisses, je retrouve le plaisir d’avoir l’impression d’avoir prise sur mon avenir.

Mais bon, mercredi prochain, j’ai un casting. Et si ça se trouve, je vais être pris. En plus, j’aimerais beaucoup parce que le rôle m’amuse.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:37

Mardi 9 novembre 2010

Guy se demandait comment un acteur qui est 20 secondes dans un film peut aller chercher un prix à la place du réalisateur. Ben, la question est bonne. Mais on peut répondre que c’est dans la continuité Indigènes/London River/Hors la Loi.  Et puis, personne ne pouvait y aller. J’ai rendu service, quoi.

La cérémonie, c’est un petit peu comme les Césars mais pour la littérature, la musique et le cinéma, le tout centré sur la culture afro-caribéenne.

Donc, dans la salle, c’est chiant comme les Césars. La différence, c’est juste la couleur de peau. J’avais préparé un petit mot discret de remerciement et destiné à saluer la mémoire de Sotigui Kouyaté, cet acteur extraordinaire décédé en avril de cette année.

Le interventions s’enchaînent, appel militants à la mixité ethnique à la télé et au cinéma, les blancs se livrant eux, parfois, à des interventions un brin démagogiques. Mais la soirée reste sympathique.

Au moment où je suis appelé, la présentatrice lance un vibrant hommage à Sotigui. Je n’ai plus rien à dire. Alors j’improvise une connerie : chez Bouchareb, je suis la minorité visible. Je suis donc content d’être là. Et en plus, je m’appelle Blancan… Rires.

Après avoir erré en coulisses, déambulé dans les couloirs, je demande si on a encore besoin de moi. On m’indique qu’il faut que je passe à la photo et à la conférence de presse. J’indique que ça n’est pas forcément obligatoire, la conférence de presse. Mais si, mais si !

Je fais donc la photo aux côtés d’une journaliste célèbre. Puis j’attends au sous-sol pour la conférence. Un attaché de presse vient me voir. Vous avez eu un prix ? Heu, en fait, c’est Rachid Bouchareb. Je le représente juste. Il éclate d’un rire franc me signifiant qu’en effet, la conférence de presse… Bon mais je suis acteur. Bon. Je vais vous faire passer.

Un vigile m’a reconnu et vient me dire que je ne dois pas me formaliser. Vous savez, c’est toujours comme ça. À la télé, on voit toujours les mêmes têtes. Mais moi, je vous reconnais. Bravo pour votre rôle dans Indigènes !

On finit par me conduire dans la salle de presse. Je crois que je suis à côté de Salif Keïta. Photo call. Puis, c’est au tour des caméras. La nuée des journalistes fonce sur nous et se resserre comme un poulpe sur sa proie. Pffuit, je m’enfuis.

De retour à la maison je me dis que je ne veux plus entendre parler de presse. Cachez-moi ces journalistes que je ne saurais voir ! Sauf si, chose exceptionnelle, une demande expresse est formulée. Je pense que je vais être tranquille pour un bon moment !

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 15:48

Lundi 8 novembre 2010

Aujourd’hui, à Paris, il fait super beau. Je déconne…

Ce midi, je délibérais pour le jury France Télévision du festival de court-métrage de Brest. Je suis pleinement satisfait du choix qui a été fait !

En partant œuvrer, j’ai reçu un coup de fil de mon agent : veux-tu bien aller recevoir le prix de Rachid Bouchareb, ce soir pour London River ? Il s’agit d’un prix pour les Trophées des Arts Afro Caribéens. Voilà qu’il va falloir me mettre en costard par ce temps de…

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 17:43

Vendredi 5 novembre 2010

Ce matin, nous sommes allés, avec Olivier, le chef-op de Retour aux sources, essayer la Canon XF 305. C’est une super caméra. L’envie de commencer le tournage s’est trouvée multipliée.

En début d’aprem, j’avais un interview pour Bref Magazine, la principale revue du court-métrage. Après que Rodolphe ait emprunté le casque d’un client du bar, pour vérifier que le son entrait bien dans son appareil, j’ai tenu une heure d’entretien sans fumer. J’espère juste que je n’aurai pas trop honte de ce que j’ai raconté…

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 12:11

Mercredi 3 novembre 2010

Midi.

Les sirènes hurlent.

Aucun bombardement ne suit.

Un vieux traîne les pieds sur un trottoir jonché de feuilles mortes.

Une cloche.

Une autre, plus loin, plus grave.

Le vent parvient à prononcer quelques sifflantes en se glissant au cœur des frondaisons.

Paris, un 3 novembre.


Cette nuit, je me suis réveillé avec une tique dans le bras. C’est beau, la campagne. Il y a des vaches et toutes sortes d’animo. Parcours by night en quête d’une pharmacie ouverte. Ce matin, je ne suis pas frais.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 17:07

normandievaches.JPG

 

Mardi 2 novembre 2010

La photo, c’est un petit souvenir de Normandie.

Je suis passé voir mon agent, tout à l’heure. On a devisé de divers projets et à un moment elle me dit que telle directrice de casting pensait à moi pour un joli rôle dans un film qui se passe au Maroc. Mais voilà, la production préfèrerait François Cluzet qui correspond moins au personnage mais qui… En fait, elle m’expliquait que ces choix de faire tourner les trois acteurs et demi qu’on voit tout le temps venait des distributeurs. Comme ils participent au financement du film, ils imposent des choix pantouflards d’acteurs qu’ils croient garantir un minimum de public. Ils ont beau avoir des contre-exemples à longueur d’année, ils ne démordent pas de cette stratégie à courte vue.

J’aurai ainsi appris que les distributeurs ne se contentent pas de distribuer les films. Ils font aussi la distribution des rôles !

Hé oui, le distributeur de Hors la Loi (Studio Canal), n’est sans doute pas pour rien dans mes histoires cannoises et mon absence de la sortie. Pour eux, je ne dois pas valoir une punaise. Ce qui n’est pas faux du point de vue du business.

 

On est des vaches à lait, je vous dis, moi...

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 07:28

Lundi 1er Novembre 2010

J’étais assis à la terrasse d’un café en bord de trottoir. Une famille passe. Tenant la main de sa maman, un petit garçon, haut comme trois pommes, reste tourné, me fait un énorme clin d’œil. Du style dessin animé ou fraîchement appris par le grand-père à l'issue du poulet-frites dominical. Tandis qu’il s’éloigne en me regardant toujours, je lui souris et lui rends un beau clin d’œil à la mesure du sien. La tête toujours dévissée tandis que sa mère le traîne, il est radieux. Il vient de tester l'effet imparable de ce petit signe (pas très facile à faire pour un marmot).

Je ne sais pas pourquoi mais, quand un enfant vous manifeste une sympathie immédiate, ça rassure.

J’étais en train de me dire que j’allais faire un petit article de blog à ce sujet et voilà qu’un mec, la vingtaine, me lance un sourire et un clin d’œil, lui aussi. Bon, lui, c’est clair, n’allez pas vous méprendre, il m’avait forcément vu dans Indigènes et/ou Hors la loi.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 19:09

nouvelles-images-1755.JPG

Vendredi 29 octobre 2010

Il y a des cauchemars qui vous tirent du lit et vous tiennent toute la journée. Mais je ne vais tout de même pas raconter ça ici.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 19:28

nouvelles-images-1749.jpg

Jeudi 28 octobre 2010

Beaucoup de monde encore à la manif malgré les vacances et la loi votée hier. Je n’ai croisé personne du forum ni aucun acteur. Tout juste un metteur en scène que j’avais connu à Bordeaux.

Mais l’actualité du jour, c’est que je me suis fait agresser par une vieille dame. J’arrive en haut des marches du palier de l’immeuble, un dame attend devant la porte. Ouvrez-moi ! J’ouvre. Tenez-moi le bras et ne marchez pas si vite. Où vous allez, là, on passe par la boîte aux lettres. Mais vous allez ralentir ?!!! Attendez-moi ! Elle ouvre la boîte aux lettres et en fait tomber l’une après l’autre les lettres qu’elle contient ainsi que les prospectus. Rammassez, qu’elle me dit. Je ramasse son courrier.

 

Gardez-le à la main, on y va, m'ordonne la gorgone ! Nous avançons lentement vers la porte d’accès à l’ascenseur, je la lui tiens ouverte, puis ouvre l’ascenseur. Elle appuie sur le bouton 3. Moi sur le 7.

 

Arrivés au troisième étage, la porte s’ouvre et la gentille dame m’ordonne de l’accompagner devant sa porte. Ce que je fais. Pendant ce temps, l’ascenseur repart à mon étage. Devant sa porte, la dame sort ses clés, ouvre, me prend le courrier des mains et le jette sur le sol de son hall d’entrée. Voilà ce que j’en fais, moi du courrier me dit-elle en guise d’au revoir. Je retourne vers l’ascenseur pour le rappeler et vlan, la vieille claque la porte avec la violence d’un jeune homme.

L’ascenseur arrive. Je fais demi-tour et sonne chez la sorcière. Elle ouvre. Je lui file un coup de boule qui l’envoie valdinguer dans son courrier.

Bon, le dernier paragraphe, c'est de la pure fiction. L’imaginaire a des vertus apaisantes.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article