Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 13:39

l-arret.jpg

Bon, ça y est, j’ai replongé dans l’actualité. Obama a gagné ! Super moins pire !

 

Dans un instant, je vais m’engouffrer dans un métro pour aller faire une post-synchro du Clan des Lanzac, ce téléfilm de Josée Dayan dans lequel je joue un détective burlesque. Je ne quitterai pas le métro pour me rendre ensuite à la remise du prix Saint-Fiacre.

 

Je vais me remettre au magnétisme tiens. Pendant deux jours, réparation gratuite de bobos à distance. Profitez-en !

 

Pour ceux qui avaient raté Jeanne Captive, de Philippe Ramos, ça repasse sur le câble sur Orange Cinéma.

 

Une nouvelle photo d’Ogres Niais, tiens…

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 21:30

photo-Baby-Blues-2008-2

Passage à vide ce matin. Ils vont détester le film. La preuve : plusieurs personnes à qui j’ai envoyé le lien ne m’ont pas répondu. Ils doivent tellement détester qu’ils n’osent plus se manifester. Si ça se trouve, je suis le seul à envisager le monde de la façon dont je le fais dans le film. Une vision à la fois désespérée et rigolarde. Cette fameuse distance qui n’a rien à voir avec du cynisme. Une lucidité distanciée. Certains ne voient que la lucidité et l’interprètent comme de l’amertume, de la dépression alors qu’il y a cette fameuse distance de l’humour qui fait voir les choses sans la chape de gravité, sans (se) prendre au sérieux. L’humanité est pitoyable, mesquine, comme moi, mais tellement touchante de maladresse. Bref, j’avais l’impression d’avoir accouché d’un monstre qui ne ferait naître que rejet et incompréhension. Sentiments révélateurs d’un passage de baby-blues, en fait…

Et voilà que quelqu’un que j’estime m’envoie ces mots : « Merci Bernard pour ce joli cadeau. Un délicat sourire du désespoir qui veut croire encore que le pire n’est pas certain… Plaisir de voir ces lieux de nos enfances ré enchantés… et  j’aime beaucoup la musique. Bravo ». À partir de cet instant, fini le doute, le baby-blues, la solitude de l’artiste incompris.

Ogres Niais, c’est de la balle !

 

Je ne ferai pas croire que j’ai déposé définitivement le marteau du forgeron de pellicule. J’ai essayé encore des transformations, pour être bien certain que j’avais fait les bons choix. Changé une musique ici, coupé deux plans là. Et puis, finalement satisfait de l’ouvrage, je me suis mis à confectionner un tableau Excel qui me permet, en un tourne main, de vérifier que depuis deux ou trois mois, je n’ai effectivement pas assez d’heures pour prétendre aux indemnités d’intermittent. Le programme est bien fait puisqu’il me signale le nombre d’heures manquantes. Je sais que ce manque sera bientôt comblé. Me voilà sauvé (enfin, presque) pour quelques mois. C’est bon de quitter la fiction et l’Ego de l’artiste pour se gratter au réel.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 19:12

nouveau-dossier-0027.jpg

J’aurais pu en parler avant. Ç’aurait été moins bête. Cet après-midi, je faisais des signatures de Secrets de sourcier au Festival du livre & de la presse d’écologie, à la Bellevilloise. Deux heures assis au stand de la librairie Jonas. Papotis avec les auteurs voisins, avec des visiteurs curieux et de longs moments sans rien. Juste être assis et, tel Nénette dans son zoo, regarder les gens, penser, le regard bovin. Très zen, comme concept. Vendu 3 livres. Pas si mal pour une première fois.

 

Je renouvellerai l’expérience au salon du livre de Blaye, sur mes terres girondines, le 8 décembre. Là, du coup, j’en parle un peu tôt…

 

Plus en accord temporel avec une information, je serai jeudi soir à la remise du prix Saint Fiacre, où mon bouquin concourt (pas Goncourt).

 

Pas mal de se glisser dans la peau d’un auteur pour prendre un peu de distance avec Ogres Niais dont la première projection aura lieu à Pau, le 5 décembre. Salons et festivals.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 09:54

changement-maintenant.jpg

Toujours très occupé à fignoler mon film, comment ne pas être déconnecté de la vie du dehors, la vraie, son actualité. Certes je suis au courant de deux trois choses, les tourneurs graciés, par exemple. Mais qu’on me rassure, c’est bien la gauche qui a été élue au mois de mai ?

Non, parce que, dans ce qui me parvient par bribes, je ne perçois que peu de choses qui témoigneraient d’un changement quelconque. On signe les traités européens de rigueur, on chasse les roms, on remet la morale à l’école, on s’enorgueillit du démantèlement d’un réseau islamiste. Ah si, il y a l’augmentation des impôts. Ça, c’est de gauche. J’espère quand même que, d’ici l’étalonnage d’Ogres Niais, me parviendront une ou deux informations révolutionnaires, ou tout au moins fleurant l’idée novatrice porteuse de justice et d’espoir, de celles qui font qu’on déploie un peu d’énergie et d’investissement personnel pour porter au pouvoir tel parti plutôt que tel autre.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 21:42

Segmentation.jpg

Je montre le film inachevé à quelques personnes, soit parce qu’elles sont directement impliquées, soit pour récolter des avis. Je viens de recevoir carrément un long mail d’un copain instit qui, déontologiquement, idéologiquement, dans le souci de protéger nos chères têtes blondes, ne montrera pas Ogres Niais. S’il y a bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’est bien celle-là. En tout cas, me voilà bien résigné, désormais, à ne pas faire l’unanimité. Loin de là. C’est un film segmentant, comme on dit à la télé. L’avantage de cette position, c’est que ceux qui aimeront, l’aimeront beaucoup. Je me savais bancal, décalé. Me voilà segmentant. Quel honneur !

 

Cet après-midi, j’ai remballé gentiment ma monteuse qui critiquait ma musique. J’ai argumenté fermement. À peine avais-je raccroché, que j’admettais qu’il fallait, en effet, que je retravaille la séquence de poursuite. Le tout c’est de ne pas admettre ses fautes trop vite.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 18:51

A-arizona-ovni-pi.jpg

Je n’ai pas eu une minute à moi, ni au blog, par voie de conséquence. Totalement occupé par la musique du film et par toutes les questions d’import-export informatique. Mais c’est fait. Le reste du travail se fera dimanche prochain pour l’enregistrement des musiciens puis la semaine suivante, je partirai faire le montage son. Entre temps, il y aura du bruitage. Puis il y aura le mixage, l’étalonnage. Depuis le 2 septembre, je n’ai pas passé une journée sans travailler sur le film d’une manière ou d’une autre. Tout ça pour un Ogres Niais d’un quart d’heure.

 

J’ai déjà commencé à envoyer des versions de montage à des responsables, financeurs et autres festivals. Ce qui ressort, c’est que j’ai fait un objet absolument surprenant, voire déroutant. Un OVNI dans le paysage cinématographique. L’originalité a du bon, mais elle ne provoque pas que des amitiés. J’ai encore fait un truc possiblement dérangeant. C’est la qualité de la chose. Et le défaut, évidemment… À suivre.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 22:09

music.jpeg

Le montage image terminé, je m’attaque à la musique. Certes, je ne serai pas le seul musicien d’Ogres Niais, mais je dois m’y coltiner tout de même. Une question de délai. Inutile de préciser que je suis encore tout à mon film. Ce qui ne m’empêche pas d’aller faire un saut à la fête de fin de tournage du Village Français.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 19:25

riab-et-francois.jpg 

Ça rigole, ça rigole, ça rigole et, au final, ça finit par verser une larme. Très heureux d’Ogres Niais. Très heureux. Il restera l’habillage son avec les services d’un bruiteur, la musique définitive et le tour sera joué. Et ma fois, un bon tour dont je suis très très fier.

Habituellement, je suis le premier à vouloir partager quelques images, faire un teaser qui donne envie. Pour cette fois, en revanche, je resterai très discret. Ne rien divulguer avant les projections. Garder la surprise. Je crois pouvoir espérer d’assez nombreuses projections (rien à voir avec Retour aux sources). De toute façon, il y aura une diffusion sur France 2 pour ceux qui ne pourront pas le voir en salle.

Personne ne verra donc le film avant décembre… Ça passe vite, de toute façon.

Allez, une photo, de temps à autre…

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 22:13

tarkovsky.jpeg

Voici une photo envoyée par Dominique Piollet. On m’y voit faire du cinéma, il y a fort longtemps, sous le nom de Tarkovsky. Non, non, qu’on se rassure, je n’ai pas pété un câble ! Quand je vois le temps et l’énergie qu’il faut pour monter un film de 12 minutes, je me demande combien de mois il me faudra pour monter mon premier long. Mais, ça y est. Depuis aujourd’hui, je commence à avoir une idée de ce que sera Ogres Niais. Pas mal, pas mal… comme dirait Fernandez.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 21:50

UMP.jpg

Sorti de force du montage pour cause de tournage. Hier soir, j’ai dû me raser car, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais, avec la carte de l’UMP, on donne un rasoir aux adhérents. Le poil rebelle, la barbichette, la barbe de trois jours, tout ça, c’est pour la gauche. À droite, on se rattrape avec de la tignasse improbable, de la raie sur le côté, de la touffe, de la chemise à rayures. Donc, ça y est, je l’ai joué mon rôle de connard UMP. J’y ai répliqué à Berleand que j’ai eu plaisir de retrouver après notre passage en Corse pour Santana. La vraie surprise a été de retrouver Aymen Saïdi dont j’avais joué le père dans Fais-moi des vacances, il y a fort longtemps. Il n’avait que douze ans…

 

Jeudi, mon ours Ogres Niais avait perdu un bon tiers de son poids en minutes. On dirait un mouton, maintenant. J’ai hâte de voir ce que ça donne, lundi matin.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article