Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 22:06

L’idée m’est venue de faire un blog radio. C’est à dire avec des articles lus. Mais c’est trop compliqué. C’est sans doute le film sur la maison de la radio qui m’a influencé. Oui, j’ai fait partie de ces faiseurs de radio-libre, car j’aime ce média.

Je rappelle que samedi, à Cadillac, il y aura des ogres (et que je les accompagnerai).

Sinon, je n’ai pas grand-chose à raconter, rien sur quoi m’indigner, pas même deux mots à dire sur la droite qui défile sous les gaz ou se fait mettre en examen. Je me suis occupé pour l’essentiel de porter les dernières touches de bricolage sur mon germoir afin de poursuivre certaines expériences sulfureuses. Aucune sortie ciné ou télé. Peu d’entrées.

Ce weekend, j’ai pris du plaisir en voyant les copains s’amuser dans le très loufoque Queen of Montreuil de Solveig Anspach.

Oui, sinon, jeudi, si je ne vais pas au ciné, je regarderai le Président, histoire de voir s’il va s’enfoncer encore plus profond. Heureusement que la droite a une immense faculté d’énervement. Ça atténue le sentiment de trahison que l’on peut ressentir à l’égard du gouvernement.

 

Voilà bien un article manquant cruellement d’inspiration. Moi, il me faut de la colère pour que ça coule de source…

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 19:28

C’est rare, la littérature burlesque. Rire à gorge déployée en lisant n’est pas courant. Éh bien c’est ce qu’il m’arrive avec Eduardo Mendoza dans La Grande Embrouille. Il renoue avec les enquêtes menées par un malade mental qui avaient fait son succès dans Le mystère de la crypte ensorcelée ou encore dans le labyrinthe aux olives. J’aimerais voir un film comme ça au cinéma.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 11:22

dinausore2.jpg

 

En sortant de la projection de Maison de la Radio, le dernier docu de Nicolas Philibert, je croise une vieille dame immédiatement sympathique. Son regard vif et son allure racontent une vie active et pensante, dans laquelle il n’était pas la peine d’essayer de lui raconter. C’est une vraie merde, me dit-elle. Du niveau du zapping que je fais toutes les nuits sur ma télévision. Son avis contraste très nettement avec celui de 98% de l’assistance, un parterre de réalisateurs, producteurs, gens du métier venus à la soirée d’inauguration du festival du Réel. Belle image, beau son, des personnages hauts en couleur, on est avide de voir des visages sur ces voix de radio. Complètement anecdotique ! rétorque la vieille dame. Je ne la ramène pas trop car, en fait, je suis plutôt d’accord avec elle. J’ai ri comme une madeleine tout au long du film, sur le dos d’une responsable de l’information, d’un candidat au jeu des 1000 euros, d’une romancière qui a l’air sous l’influence totale d’un journaliste vieux beau. Bref, on rit davantage des gens (qui ne sont pas des personnages de fiction mais des vrais gens) que du fond du problème : qu’est-ce qu’une radio d’État, qui fait l’info, comment, avec quel salaire, quelles pressions, de qui… On survole tout. Le film ressemble à une visite guidée touristique destinée à ceux qui sont curieux de mettre des gueules sur les émissions qu’ils connaissent par cœur. Et en effet, c’est assez drôle de mettre un visage sur la météo marine.

J’imagine le scénario proposé par un réalisateur inconnu à une commission du CNC. Mais on ne lui donnerait pas un centime ! Non mais, jeune-homme, c’est bien joli, tout ça, mais quel est votre regard ? Quelle est votre pensée ? Qu’est-ce que vous voulez dire, à travers ce documentaire ? C’est exactement ce que dit la vieille dame. Sauf que hier soir, les gens des commissions, ils étaient spectateurs d’un film de Monsieur Nicolas Philibert (être et avoir), dans l’univers hyper familier de Radio France et que ça leur suffisait pour oublier qu’on peut aussi penser.

J’ai pris conscience, hier soir, que j’appartenais à cette race de dinosaures marxistes formés à l’analyse de contenu. Une race en voie d’extinction.

Tout ceci dit, si vous voulez voir un divertissement très agréable et drôle, si vous avez cette légitime curiosité d’aller faire un tour dans les coulisses de votre poste TSF, n’hésitez pas une seconde. Courrez voir ce film. Vous ne serez pas déçus. Je ne suis qu’un vieux ronchon privilégiant sans doute trop le fond à a forme.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 16:51

badedemo.jpg

 

Voilà que je vais faire, comme plein d’acteurs, une bande démo, avec extraits de films. Généralement, ces bandes démo, je trouve qu’elles desservent les acteurs. On ne voit plus un personnage dans un film, mais un comédien qui essaie de faire son boulot. Les gens aiment bien quand l’acteur est face à des gens connus (je les ai côtoyés !). Ça a quelque-chose de pathétique, une bande démo. Je vais essayer de la faire moi-même. De la faire différente des autres. Comme un petit film. Ça ne servira peut-être à rien, me desservira parfois, mais au moins, ça sera ma bande démo. Si je leur plaît pas, ils n’ont qu’à aller voir ailleurs !

 

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 11:09

roulette.jpg

Cet après-midi, réunion de crise chez mon agent. C’est quoi ce bordel, je ne tourne plus ? En effet, je m’inquiète de ne pas voir de nouveaux projets se dessiner. Comme les films et téléfilms tournés l’an dernier ne sont pas encore sortis, je n’ai pas d’existence dans les castings. Ce métier obéit à de bêtes lois arithmétiques. On te voit, on te fait tourner. Si l’on ne te voit pas, pfuit, tu disparais ! Du coup, pas de casting, pas de tournage et encore moins de sorties l’année suivante. Donc, disparition encore plus longue. Encore faut-il que les sorties soient étalées dans le temps car, si toutes elles sont regroupées dans un laps de temps trop court, l’effet de visibilité est réduit et s’estompe assez vite. Sans compter que trop de sorties peuvent avoir aussi un effet inverse de lassitude (on le voit trop).

 

Bref, le sort d’un acteur n’est pas loin de celui d’un joueur de roulette. Il y a des moments où tu as un gros paquet de jetons et d’autres où tu répartis les quelques-uns qui te restent sur de petites mises. Fini les numéros en plein. Tu pars sur les douzaines, les passe et manque, rouge et noir. Quand ça sort, ça ne rapporte pas grand chose. Par mégarde, il peut arriver que tu aies fait tomber un jeton sur un numéro qui sort justement à ce moment-là. Et c’est reparti. Mais ces coups-là, c’est réservé aux débutants.

Allez, on va essayer d’obtenir de force quelques jetons supplémentaires. Pas envie de quitter la table, moi ! Après tout, le métier d’acteur consiste bien à jouer. Et si possible à bien jouer…

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 15:02

V’la que maintenant, on va baisser les allocations des familles les plus aisées (je ne suis pas concerné). Après tout, pourquoi pas un peu de justice. C’est bien de taxer les riches, les plus favorisés mais il faudrait que l’électeur ait l’impression que ça sert aux plus défavorisés, aux familles moyennes, à quelque-chose, quoi. Le chômage toujours, la ceinture qui se serre encore. C’est bien beau de signer les ventes d’Airbus à l’Élysée mais ceux qui rongent leur frein trouvent que leur porte-monnaie n’est pas prêt de leur faire prendre l’avion. Décidément, ils semblent bien manches, ces socialistes et incapables de faire croire qu’ils bossent bien. Un bon comptable dirait on prend ici pour mettre là et ça a tel effet. Eux, que j’ai élus, ils disent on prend ici et, on peut tendre l’oreille, on n’entend pas on donne là. Ou du moins, on ne se sent pas concernés par ce qu'ils donnent. Depuis quelques temps, vu d’ici, on peut avoir l’impression qu’Hollande est en train d’enterrer la gauche pour 20 ans.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 18:55

trimersion.jpg

On croit que j’en ai fini avec mes expériences farfelues de psychokinèse et compagnie. Mais c’est mal me connaître. Cet après-midi, je participais à une expérience de télépathie en laboratoire. Deux personnes. Dans deux pièces différentes, chaque personne est installée confortablement dans un fauteuil moelleux, des lunettes vidéo sur les yeux. La première personne (émetteur) reçoit une image vidéo, soit une photo chargée de sens ou d’émotion, soit une image grise. L’autre personne doit deviner de quel type d’image il s’agit et cliquer sur le bon choix. Le coup d’après, l’émetteur devient récepteur. On a fait 13/20, ce qui statistiquement n’est pas mal du tout. D’autant que les fois où je me suis planté, c’était des moments où j’avais hésité. Je ne me suis jamais planté les moments où j’étais sûr du résultat. La première partie de l’expérience porte sur une centaine de personnes et ce sont les résultats globaux qui permettront de dire s’il y a ou non un début de preuve que la télépathie existe. C’était une expérience très intéressante, en tout cas.

Bon, à titre personnel, je suis déjà persuadé que la télépathie existe.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 19:08

cinema-1.jpg

Hier je suis allé voir un film que la critique a porté aux nues. Je me suis rarement autant fait chier. Comme quoi, les journalistes… J’avais adoré le précédent film du réalisateur. Il a la réputation de faire un cinéma intelligent, rigoureux et puissant. Là, pourtant, il est dépassé, poseur, bouffé, bouffi d’orgueil et de maladresse. C’est quel film ? Je ne donnerai pas la réponse.

 

J’achève ma semaine de retraite méditative et cinématographique. En peu de temps, j’aurais vu Sugar man, No, Au bout du conte et une merde. Sans compter les rattrapages DVD. Me voilà armé pour envisager mon prochain film.

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 13:46

tenue_crayon_2-1-.jpg

Dès aujourd’hui, je me remets à l’écriture du roman. Hier, j’ai vu Au bout du conte et, ma foi, j’ai retrouvé bien des ingrédients théoriques que j’essaie de développer dans le roman. Quelque-chose de l’air du temps, du goût des autres ?

Je sais bien qu’il y a du futile, du prétentieux et de l’impudique, dans de telles annonces en forme de vœux pieux. Je le sais. J’me la raconte un peu. On verra bien !

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 18:46

En attendant (je ne sais pas quoi), on vient de valider le sous-titrage en anglais de Retour aux sources. Quant à Ogres Niais, il va migrer au Kazakhstan et en Ukraine, grâce à UniFrance, mais aussi en Corse (l’Île Rousse) et en préprogramme dans les cinémas aquitains. Je rappelle aux Bordelais la projection du 30 mars à Cadillac, au passage. À suivre...

Repost 0
Published by Bernard Blancan - dans blancan
commenter cet article