Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 10:27
Saison 6 du Village à la télé à partir du 18 !

La diffusion de la saison 6 du Village Français démarre la semaine prochaine. Le 18.

Hier soir, il y avait un meeting du NPA à 100 mètres de chez moi. J’y suis allé, comme on va au spectacle ou au cinéma voir un documentaire.

Dans un vieux gymnase des années 30, il y avait quelque chose des réunions de résistants que l’on tourne dans le Village. J’ai adoré l’intervention de cette femme de chambre d’un grand hôtel qui raconte avec beaucoup d’humour comment elles ont obtenu avantages et augmentations de salaire avec une grève de plus d’un mois. Le patron qui leur demande d’arrêter la musique et le boucan et elles qui se disent « c’est vrai, maintenant que tous les clients sont partis, autant arrêter la musique ». La grève semblait folle à son début. Tout ce boucan, cette incompréhension, ces mots violents, les clients qui fuient alors que tout semblait couler de source dans l’ordre ouaté de cet hôtel de luxe.

Sachant que le prix d’une nuit dans la chambre la moins chère représente le salaire mensuel d’une femme de chambre on peut comprendre qu’elles aient eu envie de se bouger, malgré la crise, malgré le salaire qui disparaît. Un combat perdu d’avance ? Elles ont tenu bon, elles ont reçu des témoignages de solidarité de tous côtés et elles ont fini par gagner un peu de dignité en plus de leur augmentation de salaire. Un dialogue respectueux et responsable semble désormais s’être mis en place entre la direction et les salariés.

Je n’ai pas regretté ma curiosité ni ma soirée. Il y avait quelque chose du passé dans cette soirée mais aussi la permanence presque secrète de ces gens qui luttent et se battent pour le bien commun, pour une forme de justice qui s’apparente à un délit dans la pensée dominante actuelle. La solidarité, aujourd’hui, c’est quoi ?

Mon idée de départ, c’était de faire le tour des meetings politiques de tous bords pour écouter les mots, voir les gens qui croient encore en quelque chose dans le champ du collectif. Comparer les contenus, le temps passé à parler de ceci ou de cela, de façon presque scientifique. Maintenant, un meeting de Sarko, je ne sais pas si je vais pouvoir…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Blancan
commenter cet article

commentaires

outis 15/11/2014 16:17

"J’ai adoré l’intervention de cette femme de chambre d’un grand hôtel qui raconte avec beaucoup d’humour comment elles ont obtenu avantages et augmentations de salaire avec une grève de plus d’un mois."
C'est peut-être ce que devraient faire les pauvres bougres qui travaillent sur cette série et tant d'autres en figuration. Peut-être pourriez-vous vous y intéresser vous qui êtes acteur sur cette série, "leur témoigner de la solidarité afin qu'ils finissent par gagner un peu de dignité". Ces travailleurs exploités ils sont sous vos yeux cher Bernard Blancan, mais peut-être ne les voyez-vous pas, tout comme ces clients d'hôtel qui ignorent l'existence de ces femmes de ménage? "La solidarité c'est quoi?" demandez-vous. Je crois que vous avez la réponse et n'avez pas à chercher bien loin. Chaque jour sur votre lieu de travail vous pourriez l'exercer secrètement. Le faites-vous? Il y a loin de jouer au résistant et de l'être.

Bernard Blancan 16/11/2014 10:15

Si quand je pète, ça contrepète... ;-)

Joël 15/11/2014 23:25

Mademoiselle Outis, je vous aurais bien emboîter le pas avec conscience mais votre thèse est aberrante !

LN 15/11/2014 20:07

Faut-il en rire ou en pleurer? Tu as raison de laisser cette analyse " hyper fine" à la vue de ceux qui te connaissent...
la connerie, parfois, ça fait peur...

Bernard Blancan 15/11/2014 19:38

Non contente d'être désagréable, vous me prenez visiblement pour un imbécile ;-) Merci pour cette analyse hyper fine.
J'ai bien sûr la possibilité de supprimer les commentaires. Mais, celui-là, je le trouve trop joli.

outis 15/11/2014 19:25

Pour savoir à qui je parle il me suffit de vous lire. Vous êtes si transparent. Je ne vous juge pas, je vous lis, je lis vos réactions. Votre blog est public, non? Mais peut-être ne cherchez vous que l'approbation? Vous l'avez... de ceux, pardonnez-moi d'être moins naïve que vous, qui espèrent gagner quelque chose à vous flatter. Écrivez donc anonymement un journal que vous publierez, je suis certaine que vous récolterez moins de louanges à chacun de vos pets. Je ne vous juge pas donc disais-je, mais que voulez-vous? vous vous exposez et ce n'est pas moi qui écris que vous vous faites penser quand vous jouez aux résistants sur le village français aux gens qui luttent dans la vraie vie. Pire vous écrivez que c'est eux qui ont quelque chose de vous et non pas vous qui avez quelque chose d'eux. Je n'invente rien, je me contente de lire très exactement ce que vous écrivez c'est tout vous voyez? Car que vous ayez du courage ou non, cela m'est bien égal, je n'en ai ni plus ni moins que vous, mais à la différence de vous je ne m'acharne pas chaque jour à fabriquer pour le monde une image héroïque de moi sous les apparences de la modestie, de l'humilité et de la candeur. Votre seul projet est de vous présenter sous votre meilleur profil à vos contemporains. C'est ridicule lorsque votre seul projet est de vous présenter sous votre meilleur profil à vos contemporains et il ne faut pas vous étonner ou vous indigner si l'on vient un peu vous chatouiller de ce point de vue-là. Mais j'y pense, peut-être n'en avez vous pas du tout conscience? Dans ce cas vous êtes plus bête que méchant. Ce qui n'est pas davantage pardonnable, mais beaucoup plus ennuyeux.

Bernard Blancan 15/11/2014 19:09

Merci ! Hé hé hé. Je pense que mes réponses ont bien dû faire rire le père outis (ou la mère outis, allez savoir...). Pourquoi ? Parce que le seul objectif de ces outis, c'est de provoquer. Et là, c'est gagné. Même si j'imagine qui est outis (on a tous des outis qui nous poursuivent), s'il ou elle a plusieurs visages, au bout du compte, son nom, c'est bien "personne".

hetre 15/11/2014 18:28

Quel drôle d'outil.
Wikipédia - Outis en grec : "mon nom est personne" (Homère : parole d'Ulysse à Polyphème).
Outis : Opéra de D. Robertson dont la première n'a pas eu lieu du fait d'une grève d'une partie des musiciens de l'orchestre de la Scala. Il ne faut pas lui en vouloir il (Outis) est traumatisé depuis.

Bernard Blancan 15/11/2014 17:20

Et sans déconner, le courage des anonymes, ça me gave !
Si vous faites partie des figurants et que vous n'êtes pas content, démerdez vous avec la prod ! Les femmes de chambres, elles n'ont pas attendu que les clients se battent pour elles. Et jusqu'à preuve du contraire, les figurants sont très bien traités sur cette série contrairement à des dérives que j'ai pu noter ailleurs.

Non mais il m'énerve, lui, l'anonyme courageux, là...

Bernard Blancan 15/11/2014 17:18

Vous tombez très mal, cher anonyme outis, car s'il en est un qui s'intéresse aux figurants, j'en suis. J'ai même travaillé plusieurs mois à un projet de documentaire sur la figuration. Avant de vous poser en juge, vous feriez bien de savoir à qui vous parlez au lieu de rester dans des a priori ! Vous ne deviez pas être des figurants que j'ai croisés car j'ai eu des tas d'échanges sympathiques avec eux. Personne ne s'est présenté comme s'appelant outis ;-)

hetre 14/11/2014 18:06

Chez Sarko tu peux y aller mais habille-toi modestement et tu auras sûrement un "pourliche" pour aller aux manifs.

Bernard Blancan 14/11/2014 18:27

Aux manifs pour tous ? ;-)